Le mot d’ordre de grève de 72 heures lancé par les centrales syndicales est diversement suivi dans les structures départementales à Abomey comme à Bohicon. Outre les bureaux du tribunal d’Abomey et quelques salles de classe fermées à Bohicon comme à Abomey, partout ailleurs les agents étaient présents à leur poste ce mardi 16 janvier, premier jour de la grève de 72 heures.

 

Ce mardi, à l’agence de la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss) à Abomey, il est 8h15mn. Le comptoir d’accueil est assuré par deux agents présents malgré le mouvement de grève en cours. Sur les bancs, des usagers attendant d’être reçus. La caisse est toujours fermée. Ce n’est qu’à 8h25 que la caissière, jeune dame aux cheveux teintés roux se présente au poste.  Elle s’installe en se permettant même de prendre encore cinq bonnes minutes avant d’ouvrir la caisse. A 8h32, elle prend rapidement les documents de l’homme qui attendait devant elle. Puis, clac ! C’est de nouveau fermé. Ce n’est pas la grève, c’est ainsi que ça fonctionne ici.

Dans les bureaux situés à l’étage, d’autres agents présents mènent une discussion houleuse sur les intérêts des responsables syndicaux qui décident des mouvements de grève. Dans le couloir, d’autres vont et viennent de bureaux en bureaux. A la question de savoir si l’agence n’est pas en grève, un des agents de l’accueil s’étonne et lance : « Non ! La Cnss est une structure trop sensible pour se permettre d’aller en grève. Et nous sommes une structure semi autonome ».

Au Lycée Houffon d’Abomey, des élèves déambulent dans la cour. La directrice et l’un des responsables de la direction départementale en charge de l’enseignement secondaire et professionnel font le tour de l’établissement pour faire un rapide point. Ils nous jurent la main sur le cœur que le mouvement n’a pas atteint cet établissement et que suite à leur constat, seuls deux vacataires sont absents à leurs postes. Le reste est bien présent. Et, puisque les vacataires n’ont pas déposé de motion, ils ne sont pas considérés comme étant en grève, fait observer un responsable de la direction départementale de l’Enseignement secondaire.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1836 fois