Le directeur de cabinet du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (Maep), Bonaventure Kouakanou, a procédé, ce jeudi 11 janvier, au lancement du projet d’Appui à la transition agro-écologique dans les zones cotonnières du Bénin (Tazco). L’initiative financée par l’Agence française de développement (Afd) ouvre de nouveaux horizons en faveur de la filière cotonnière au Bénin.

Le projet d’Appui à la transition agro-écologique dans les zones cotonnières du Bénin (Tazco) annonce la révolution dans le secteur cotonnier dans le pays. Longtemps exposées à l'érosion, aux chocs de la résilience et autres aléas, les zones cotonnières à risques d’insécurité vont retrouver désormais de l’oxygène. La mise en œuvre du projet Tazco permettra de lever les contraintes liées à la faible mécanisation agricole et à la dégradation de la fertilité des sols dans les zones agro-écologiques du pays. Il vise l’amélioration durable des revenus des exploitations agricoles familiales des zones cotonnières du Bénin. 

Le diagnostic présenté par le directeur de cabinet du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (Maep), Bonaventure Kouakanou, retrace les irrégularités dans le secteur. « Les conditions de vie des ménages en zones cotonnières ne sont pas des plus reluisantes, tant elles sont marquées par la prévalence de la pauvreté qui sévit dans l’ensemble du monde rural au Bénin, avec des taux avoisinant 44 %. Les risques d’insécurité alimentaire y sont également assez élevés avec environ 43 % des personnes touchées », analyse-t-il.
La note conceptuelle relative au projet insiste sur les impacts de l’insécurité alimentaire dans les régions de l’Alibori, de l’Atacora, du Borgou et des Collines. Elle indique que la situation est plus prononcée dans les zones cotonnières en milieu rural (15 %) qu’en milieu urbain (8 %). Il en est de même des risques d’insécurité alimentaire qui touchent 25 % de la population urbaine et 34 % de la population nationale.
Le projet Tazco se propose d’inverser ces tendances. Il vise à « soutenir une transition écologiquement et socialement durable des systèmes de culture à base coton, à travers l’expérimentation sur deux campagnes agricoles, de pratiques agro-écologiques adaptées aux spécificités des territoires », indique le directeur de cabinet du ministre en charge de l’Agriculture. Dans sa mise en œuvre, le projet répondra aux difficultés des ménages agricoles qui s’investissent dans la production du coton et renforcera leur résilience face aux changements climatiques, de sorte à améliorer leurs revenus, explique-t-il.
Au-delà des valeurs agro-écologiques, le projet d’Appui à la transition agro-écologique dans les zones cotonnières du Bénin a également un caractère social. Il se focalisera sur les problèmes nutritionnels et la lutte contre la pauvreté, apprécie la directrice adjointe de l’Agence française de développement (Afd), Nolwenn Bodo. Elle souligne que l’initiative s’inscrit dans le cadre des priorités de la coopération française au Bénin et illustre l’attachement de la France à promouvoir l’agriculture au Bénin. L’appui financier de la France est estimé à 1,5 million d’euros.

Arrimage aux politiques

Selon le directeur de cabinet du ministère en charge de l’Agriculture, le projet d’Appui à la transition agro-écologique dans les zones cotonnières du Bénin répond aux différentes politiques agricoles régionales, « notamment les Orientations stratégiques de la politique agricole de la Cédéao, visant l’amélioration de la productivité et de la compétitivité de l’agriculture ». Aussi, s’arrime-t-il au « pilier 1 du programme de développement durable des terres et aux systèmes fiables de contrôle de l’eau ». Au niveau national, le projet Tazco s’intègre dans « l’axe stratégique 4 du Programme d’action du gouvernement (Pag), portant sur la croissance économique et dans l’axe 1 du Plan stratégique du développement du secteur agricole (Psdsa), relatif à l’amélioration de la productivité et de la production des produits végétaux, animaux et halieutiques »?

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1247 fois