L’inspecteur général de police Nazaire Hounnonkpè est le tout premier patron de la Police républicaine, la nouvelle force de sécurité publique née de la fusion de la Gendarmerie et de la Police nationale. Il a été nommé directeur général de ce nouveau corps à la faveur du Conseil des ministres tenu, ce jeudi 11 janvier à Cotonou, alors que son nom circulait depuis une semaine sur les réseaux sociaux. Il sera secondé dans ses nouvelles charges par le colonel Soumaïla Yaya, nommé directeur général adjoint de la Police républicaine.

Le général Nazaire Hounnonkpè était jusque-là chargé de mission du président de la République pour les affaires de sécurité intérieure, poste qu’il occupait depuis fin juillet 2016. Mais avant, il a été, entre autres, secrétaire général du ministère de l'Intérieur, directeur général adjoint de la Police nationale, commandant de la Brigade anti-criminalité (Bac), commissaire de l’air et des frontières de l’aéroport international Cardinal Bernardin Gantin de Cotonou. C’est dire que c’est un homme du sérail qui prend le gouvernail de la sécurité intérieure du pays. Lui et ses hommes ont pour défi de maintenir le cap de la régression de la grande criminalité et de freiner autant que possible les actes de banditisme et d’atteinte aux biens et aux personnes (cybercriminalité, trafic de drogue, braquage, cambriolage, vols, etc.).
Avec l’abnégation des forces de sécurité à traquer les hors-la-loi dans leurs derniers retranchements, une franche collaboration entre les populations et la police républicaine est souhaitée, la sécurité ne pouvant être l’apanage des seules forces de sécurité publique. Cela implique la dénonciation systématique de personnes et d’actes suspects en vue d’extirper les criminels des rangs des braves et laborieuses populations.

Claude Urbain PLAGBETO

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Lu 2190 fois