Les députés ont échangé avec le président de l’Assemblée nationale, ce jeudi 11 janvier, les bons vœux du Nouvel an. La perche a été saisie par le président Adrien Houngbédji et ses collègues pour faire le bilan de leurs actions réalisées en 2017 notamment en termes d’adoption des dossiers d’autorisation de ratifications d’accords de prêts évalués à près de 530 milliards F Cfa. Occasion également de se fixer de nouvelles priorités pour 2018.

L’Assemblée nationale se félicite du bilan de ses activités au titre de l’année 2017. Lequel est sanctionné par l’adoption de quarante-quatre textes de lois et des autorisations de ratifications d’accords de crédits pour un montant de 529 643 591 880 F Cfa. Ce qui correspond à une progression de 119 448 768 230 F Cfa par rapport au bilan de 2016 estimé à 410 194 823 650 F Cfa ainsi que 36 textes de lois votés.
Cette performance de 2017 est à mettre à l’actif de l’ensemble des députés, du président de l’Assemblée nationale, de tout le personnel de l'institution parlementaire et avec une collaboration efficace du gouvernement, souligne le premier vice-président de l’Assemblée nationale, Eric Houndété, qui a formé les bons vœux de ses collègues au président Adrien Houngbédji. Selon Eric Houndété, la plupart des lois votées au cours de l’année 2017 touchent les secteurs essentiels de la vie de la nation à savoir : la santé, l’environnement, l’emploi, le travail et la fonction publique, la sécurité, l’économie, le numérique…
Il note avec fierté que nombre de ces lois sont d’initiative parlementaire. Ce qui traduit la volonté des députés d’apporter des réponses aux problèmes qui se posent aux populations.
Le bilan n’est pas non moins reluisant au plan du contrôle de l’action gouvernementale, second volet de la mission constitutionnelle assignée au Parlement. Le premier vice-président de l’Assemblée nationale note ici que seize questions d'actualité ont été posées au gouvernement en 2017 dont neuf ont été examinées. Soixante questions orales avec débat ont été posées et dix-huit seulement ont été examinées. Quatorze questions écrites ont été adressées au gouvernement et aucune réponse n'a été enregistrée. Il compare ses statistiques avec celles de 2016 où dix-neuf questions d'actualité avaient été posées au gouvernement dont quatre avaient été examinées ; quarante-quatre questions orales avec débat avaient été posées et trois seulement avaient été examinées ; trois questions orales sans débat avaient été posées mais aucune n’avait été examinée. Onze questions écrites avaient été adressées au gouvernement qui n’avait donné de suite qu'à six.

2018, une année charnière

Aussi, renseigne Eric Houndété, deux commissions parlementaires d’enquête ont été mises sur pied en 2017, toujours dans le cadre du contrôle de l’action gouvernementale. L’une concerne le projet de construction de la centrale électrique de Maria-Gléta dans la commune d’Abomey-Calavi et l’autre est relative à la gestion du Fonds d'aide à la culture. Les rapports de ces deux commissions sont toujours attendus, informe-t-il.
Mais 2017 étant du passé, le premier vice-président annonce 2018 comme l’année des défis ultimes et celle de tous les rattrapages au Parlement. Elle ne sera pas de tout repos durant les dix-huit mois restants pour la fin de la septième législature. Le temps sera mis à profit pour relever certains défis dont le plus important concerne la relecture du Règlement intérieur du Parlement.
Prenant à son tour la parole pour retourner à ses collègues leurs souhaits les meilleurs pour 2018, le président Adrien Houngbédji ajoute à ces challenges, l’examen de certains projets de loi d’importance capitale. Il s’agit notamment de la relecture du Code électoral qui devra tenir compte d’une meilleure représentativité de la femme à l’Assemblée nationale, la réforme du système partisan facilitant l’accès des partis au financement public tout en garantissant sa transparence et la prise en compte du genre et l’examen du statut du personnel parlementaire dont le rapport de la commission mise sur pied est déjà disponible et affecté à la commission des lois pour étude. Le président de l’institution parlementaire n’occulte pas le volet du contrôle de l’action gouvernementale à travers une meilleure gestion des questions au gouvernement en 2018?

Le personnel parlementaire invité à se débarrasser de ses tares

Avant les députés, comme de tradition, le président de l’Assemblée nationale a d’abord reçu les bons vœux des personnels civil et militaire du Parlement. A l’occasion, Me Adrien Houngbédji a félicité ses collaborateurs pour tous les efforts déployés à ses côtés avant d’inviter l’administration parlementaire à se débarrasser de ses imperfections et tares liées notamment au retard, à l’absentéisme, à la médisance et à l’esprit partisan. Il exhorte le personnel à cultiver les bonnes valeurs de l’administration pour améliorer quantitativement et qualitativement les performances administratives du Parlement.
Adrien Houngbédji assure son entière disponibilité à toujours jouer sa partition pour améliorer les conditions de vie et de travail de tout le personnel civil et parlementaire. Il promet d’aller au-delà de ses efforts qui se sont traduits en 2017 par l’acquisition de matériels informatiques de bureau, la mise en place d’une commission pour l’avancement et le reclassement du personnel administratif, le renforcement des capacités techniques des fonctionnaires parlementaires à travers l’organisation de plusieurs séminaires et ateliers de formation, le recrutement de trente-quatre nouveaux agents pour améliorer la productivité de l’Assemblée nationale, la dotation en carburant des personnels civil et militaire.
Le président de l’Assemblée nationale a exhorté tout le personnel administratif à s’engager davantage aux côtés de la septième législature tout au long de l'année 2018 pour un bilan qui force l’admiration.
Mais avant, l’honneur a échu au secrétaire général administratif de l’Assemblée nationale, Thomas Dassi, et au secrétaire général adjoint du Syndicat du personnel administratif de l’Assemblée nationale (Synpa), El Afiss Moreira, de présenter, tour à tour, les bons vœux du personnel administratif et de tous les fonctionnaires parlementaires syndiqués, au président Adrien Houngbédji et à toute sa famille. Le syndicat l’a surtout félicité pour tous ses efforts en vue de la satisfaction de leurs revendications et l'a rassuré de ne ménager aucun effort pour s’acquitter de ses obligations avec davantage d’abnégation, de dévouement et de responsabilité pour le reste de la mandature?
Th. C. N.

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Lu 1349 fois