En visite de travail au Bénin, une délégation du Royaume de la Belgique conduite par l’ambassadeur Stéphane De Loeker a échangé, ce mardi 9 janvier, avec le ministre d’Etat chargé du Plan et du développement, Abdoulaye Bio Tchané et ses collègues de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche ; des Affaires étrangères et de la Coopération, et des Infrastructures et des transports. A l’occasion, il a été annoncé la construction de l’ambassade de Belgique au Bénin, en marge de la signature d’un accord aérien pour l’augmentation des vols de Brussels Airlines.

La coopération bénino-belge amorce une nouvelle dynamique à partir de 2018. Cela se traduit par plusieurs actes dont l’annonce du cinquième Programme indicatif de coopération à compter de cette année, la signature d’un accord aérien avec Brussels Airlines pour augmenter le nombre de vols hebdomadaires de quatre à sept au Bénin et la création d’une ambassade de la Belgique résidente au Bénin.
Très heureux de ces nouvelles, Aurélien Agbénonci, ministre des Affaires étrangères et de la coopération, a précisé que la veille, le chef de l’Etat a donné des instructions pour mettre à la disposition de la Belgique « un domaine que ce pays exploitera très rapidement pour la construction d’une chancellerie, les services rattachés et la résidence ».
Pour l’ambassadeur de la Belgique près le Bénin avec résidence à Abuja, l’installation de cette chancellerie témoigne de la confiance des autorités belges dans le mouvement de réformes enclenchées par le président Talon et son équipe. « Nous croyons que pour le Bénin, il s’agit d’un vent nouveau, de nouveaux horizons qui s’ouvrent pour le pays, pour son économie et sa population », a assuré Stéphane De Loeker.
Faisant le point de la coopération entre les deux pays, au cours de la séance de travail que la délégation belge a eue avec certains membres du gouvernement, Abdoulaye Bio Tchané, ministre du Plan et du Développement, a souligné que la Belgique intervient dans les secteurs prioritaires retenus d’accord-parties à savoir l’agriculture et la santé dans l’Atacora, la Donga, le Mono et le Couffo sans oublier les secteurs transversaux tels que le genre, la gouvernance, le renforcement des capacités et l’environnement. Des secteurs couverts par le programme pluriannuel dénommé Programme indicatif de coopération (Pic). Pour le compte du 4e Pic ayant couvert la période 2013-2017, il a indiqué qu’il a été exécuté pour un montant de 32,47 milliards F Cfa à travers trois programmes que sont le Programme d’appui au développement des filières agricoles (Profi) pour 14,43 milliards F Cfa, le Programme d’appui au secteur santé (Pass-Sourou) pour 13,76 milliards F Cfa et le Projet d’appui aux organisations béninoises par le renforcement des capacités des ressources humaines (Paorc) pour 2,62 milliards F Cfa. Pour l’avenir, Abdoulaye Bio Tchané souhaite un renforcement de la capacité financière du Fonds national du développement agricole (Fnda), et que la Belgique s’intéresse aussi à l’assainissement?

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2007 fois