Au terme du forum Malabo Montpellier tenu à Cotonou ce mardi 12 décembre, le ministre d’Etat, chargé du Plan et du Développement, Abdoulaye Bio Tchané et le vice-président de Malawi Saulos Klaus Chilima ont co-animé une conférence de presse pour repréciser le contexte de la création de ce forum avant de tirer les grandes leçons du rendez-vous de Cotonou.

Le forum Malabo Montpellier tenu à Cotonou hier sur « Comment l’Afrique peut construire un future sans faim ni malnutrition » a été un grand succès, selon le vice-président de Malawi, Saulos Klaus Chilima, co-président du forum. Au cours d’une conférence de presse co-animée avec le ministre d’Etat, chargé du Plan et du Développement, Abdoulaye Bio Tchané, lui aussi co-président du forum, il a rappelé qu’ils ont débattu de l’impact des changements climatiques sur la sécurité alimentaire en Afrique. « Il faut matérialiser les politiques en matière de sécurité alimentaire », suggère-t-il. Car, à son avis, cela appelle non seulement l’intervention de l’Etat seul, mais également la participation du secteur privé. Donnant l’exemple de son pays, Saulos Klaus Chilima recommande que dans l’élaboration de ces politiques, il faut prendre les jeunes et les femmes comme étant des personnes vulnérables. Car, le gros défi, selon lui, est là.
S’inscrivant dans la même logique que le vice-président de Malawi, le ministre d’Etat, chargé du Plan et du Développement Abdoulaye Bio Tchané a salué le choix porté sur le Bénin pour abriter ce forum une semaine après la semaine du Sahel qui a permis de débattre aussi de la question de la sécurité alimentaire. Pour lui, le projet des cantines scolaires initié par le gouvernement a été un exemple cité par les pays présents à Cotonou. Il rappelle à cet effet, que pour la première année de ce projet, le repas chaud est servi à 33% des enfants qui vont à l’école, tandis que pour l’année prochaine, il est prévu 51%.
Avant cette conférence de presse, c’est le directeur adjoint de cabinet du ministre d’Etat, Sosthène Gnassounou qui a clôturé les travaux de ce forum. Au cours du forum, explique-t-il, le rapport qui a été présenté fait une analyse des politiques et stratégies qui ont été mises en œuvre dans différents pays pour réduire de façon substantielle, les niveaux de malnutrition. Puis, pour promouvoir, des régimes alimentaires plus sains et plus diversifiés. Des leçons ont été également tirées pour permettre aux différents pays de capitaliser les bonnes pratiques enregistrées.
Des travaux, Sosthène Gnassounou annonce que beaucoup d’enseignements ont été enregistrés. Au nombre de ces enseignements, l’accélération de la mobilisation des ressources à travers l’implication du secteur privé autour des questions de nutrition ; l’amélioration de la formation professionnelle et la création de conditions attractives pour attirer les jeunes comme réponse à l’exode rural. Comme enseignement, il y aussi la maîtrise des coûts et l’amélioration de l’efficacité des interventions dans le domaine de la nutrition ; puis enfin la nécessité d’une forte implication des acteurs locaux dans les interventions en rapport avec la nutrition.
Il faut rappeler que Malabo Montpellier Forum est un panel de 13 pays africains et leurs partenaires techniques et financiers. Ce panel est une plate-forme d’échange de dialogue entre leaders sur la croissance agricole et la sécurité alimentaire.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2269 fois