« J’ai voulu sincèrement être prêtre dans la vie. Je n’ai pas réussi cela. Je ne sais pas pourquoi, je ne m’en suis jamais consolé. J’ai voulu être directeur général du Bureau international du travail, cela n’a pas marché.

J’ai voulu être président de cette République au Bénin. Mais ça n’a pas été ça. J’ai voulu être médiateur de la République et c’est à cet âge de 80 ans que le seigneur m’a montré ce qu’il voulait pour moi. Alors médiateur de la République, j’y vois la vocation de prêtre, j’y vois la vocation de dirigeant du Bureau international du travail qui essaye de rapprocher travailleurs, employeurs, gouvernement, j’y vois l’action de la République...

Professeur Albert Tévoedjrè, médiateur de la République
----------------------------------------------------------
«Là où la liberté est supprimée, la médiocrité s'installe en correlation avec la dictature».

Alphonse Gaglozoun, SG/ Syndicat national des enseignants du Supérieur (SNES)
----------------------------------------------------------
« Des choses se sont passées. Aucun homme n’est parfait. Il faut vivre des expériences et tirer des leçons de ces expériences…Il y a une façon de travailler que nous avons respecté tout au long, mais chaque ministre est responsable devant le chef du gouvernement, qui forme son équipe, on lui rend compte. C’est lui qui définit la politique générale de la nation. J’ai partagé la définition de la politique générale, je n’ai pas tout vu, parce que je ne suis pas un grand manitou…»

Pascal Irénée Koupaki, ministre d’Etat, secrétaire général de la présidence

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 561 fois
Tags:
  • ,