Un atelier a réuni les anciens et nouveaux directeurs généraux, centraux et techniques, ainsi que des experts et le personnel opérationnel de la Compagnie béninoise de navigation maritime (COBENAM), jeudi 15 septembre à la CNCB, à Cotonou. Les fruits de leurs réflexions qui portent sur le thème « Relance des activités de la COBENAM à l’ère du Nouveau départ : réformes, stratégies et perspectives », seront remis ce jour, vendredi 16 septembre, en début d’après-midi, au ministre des Infrastructures et des Transports, Hervé Hêhomey.

Après avoir connu ses heures de gloire dans les années 80, la COBENAM a subi depuis la libéralisation accentuée de la chaîne des transports à partir de 1990, un amenuisement continu et drastique du portefeuille de ses activités. Mais très bientôt, a assuré son directeur général, Léon Katary, à l’occasion de l’atelier de réflexion ouvert jeudi 15 septembre à la CNCB et qui s’achève tout à l’heure, elle finira par renaître de ses cendres, à l’ère du Nouveau départ. «Redonner à la COBENAM, ses attributs d’antan, dans une dynamique de compétitivité», telle est sa préoccupation majeure.

A la suite d’un diagnostic sommaire, après sa prise de service à la tête de la compagnie, il y a exactement trois mois, jour pour jour, Léon Katary est parvenu à la conclusion qu’elle souffre d’un mal qui nécessite une thérapie de choc. C’est la raison pour laquelle, explique-t-il, il lui a paru opportun d’organiser la présente rencontre avec toutes les sommités utiles afin de parvenir à des solutions pertinentes pour la relance des activités de la COBENAM.
Les participants, au cours de leurs réflexions, auront à procéder à l’examen des activités traditionnelles de la COBENAM et penser à comment les dynamiser et au besoin, leur donner une orientation nouvelle, au regard des diverses mutations intervenues dans l’industrie maritime. Ils statueront aussi sur les nouveaux créneaux porteurs et comment en saisir les opportunités et les mettre en œuvre. Le directeur général Léon Katary a ensuite souhaité que les solutions proposées soient réalistes, durables et applicables à court, moyen et long termes. « Je souhaite également que les solutions dont l’application nécessitent un appui justifié aux plans institutionnel, politique ou financier, soient mis en exergue », a-t-il insisté.

Tirer grand profit

A sa suite, le ministre Hervé Hêhomey fera remarquer que près de 90% des échanges commerciaux du Bénin avec le monde extérieur sont assurés par voie maritime. Dans ce contexte, soutient-il, « il est de notre devoir et dans l’intérêt du pays de trouver les moyens innovants et efficaces pour tirer grand profit de ces échanges à travers notre armement national, la COBENAM». Le présent atelier, selon lui, arrive donc à point nommé. Il a alors remercié le directeur général Léon Katary et ses collaborateurs, pour leur initiative qui vise à trouver les voies et moyens afin de relancer les activités de la COBENAM, saisir les nouvelles opportunités, assurer son développement véritable et durable, contribuer davantage au développement économique et social du pays. Le ministre a invité les participants à mener des réflexions qui apportent des réponses efficaces à certaines problématiques dont notamment le contenu possible du portefeuille d’activités que la compagnie peut durablement mettre en œuvre aux plans national et international, puis les évolutions dans l’industrie maritime et fluviale. Entre autres problématiques, il a cité les choix à opérer à court, moyen et long termes, les réformes managériales et organisationnelles nécessaires, les renforcements de capacités, les compétences à développer, les appuis politiques, institutionnels et financiers.
Il a rassuré les participants de la disponibilité du gouvernement à apporter son appui politique et institutionnel pour la mise en œuvre des recommandations qui seront issues de cet atelier. L’objectif, selon lui, est d’ouvrir de nouveaux horizons de prospérité et de croissance à la COBENAM.
Après la communication sur le thème de l’atelier et les débats qui ont suivi, les participants ont été répartis en deux groupes de travail. Le premier groupe avait à réfléchir sur la thématique «Les activités traditionnelles de la COBENAM : quelles nouvelles orientations opérer ?». Quant aux membres du deuxième groupe, ils avaient à travailler sur «Les nouveaux créneaux porteurs : choix, stratégies et mise en œuvre»?

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 685 fois
Tags:
  • ,