Sept morts, plusieurs blessés, des cases et des greniers brûlés, c’est le lourd bilan de violents affrontements entre agriculteurs et éleveurs peuls survenus mercredi 7 juillet dernier dans plusieurs villages de l’arrondissement de Guéné, commune de Malanville.

Les échauffourées meurtrières ont commencé après qu’un paysan du village de Koaratédji ait constaté que les bêtes d’un bouvier ont massacré son champ situé dans la zone agricole de Kangara. Au cours de l’altercation qui s’ensuit, le Peul a charcuté l’agriculteur et lui aurait même coupé la langue. Solidaires de la victime, les paysans de plusieurs villages environnants : Koaratédji, Kantro, Iffènè, etc. se sont révoltés et ont attaqué les camps peuls et les troupeaux qui se trouvaient dans les environs.

Alerté, le maire Inoussa Dandakoe a dû faire appel aux forces de sécurité et de défense, notamment la police et la gendarmerie, pour arrêter le massacre. Les autorités communales sont passées dans les différents villages engagés dans les affrontements pour exhorter les protagonistes à la retenue et à la paix. Le calme est revenu mais la tension reste palpable sur le terrain, à en croire des témoins qui estiment que le nombre d’agents en uniforme, malgré le renfort venu de Kandi, paraît insuffisant pour contenir d’autres velléités d'affrontements.
Fin mai dernier dans la même commune, des heurts du genre avaient éclaté entre paysans et bouviers peuls dans la ferme de Koka dans l’arrondissement de Garou, avec à la clé trois morts et plusieurs blessés graves. Les conflits liés à la mobilité pastorale sont légion dans le Borgou et l’Alibori et font rage à chaque saison ¦

Claude Urbain PLAGBETO A/R Borgou-Alibori

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2335 fois
Tags:
  • ,