×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 501

Dans la matinée du mercredi 15 juin, les travailleurs du ministère en charge des Finances ont, à travers un sit-in, manifesté dans l’enceinte du ministère à Cotonou leur mécontentement à l’endroit de leurs responsables hiérarchiques. Ils réfutent plusieurs décisions dont l’adoption du décret portant attributions, organisation et fonctionnement du ministère de l’Economie et des Finances (Mef) et les dernières nominations.

Bruits assourdissants de vuvuzelas, slogans et chants interpellant le président Patrice Talon et le ministre d’Etat, secrétaire général à la présidence de la République, Irénée Koupaki. C’est dans cette ambiance que des centaines d’hommes et de femmes travailleurs du ministère de l’Economie et des Finances ont, sous l’égide des membres du Syndicat des travailleurs de l’administration centrale des finances (Syntracef), marché dans la cour de leur ministère, munis de bandeaux rouges noués à la tête et pancartes en branle.

A travers cette manifestation, ils ont exprimé leur désolation en ce qui concerne les décisions prises par le gouvernement sans leur adhésion et disent être décidés à se faire entendre.
En effet, suite à l’assemblée générale extraordinaire du jeudi 9 juin dernier, rappelle Bouraïma Malèhossou, secrétaire général du Syntracef, plusieurs décisions ont été à l’unanimité retenues par le bureau syndical et les travailleurs du ministère pour d’une part, en ce qui concerne les dernières nominations et d’autre part, ce qui est du nouveau décret portant attributions, organisation et fonctionnement dudit ministère.
Le premier point exige le départ de Thomas Azandossessi et Dieudonné Dahoun, deux anciens fonctionnaires du ministère qui sont déjà admis à faire valoir leur droit à la retraite puis le refus de la nomination des personnes étrangères tel Gilles Guérard à la tête d’une quelconque direction du ministère.

Rejet de l’AOF

Le deuxième point de leurs revendications rejette la décision du décret portant attributions, organisation et fonctionnement (Aof) de leur ministère. Une décision qui supprime certaines anciennes directions du ministère.
Quant aux directions techniques nouvellement créées que les travailleurs jugent budgétivores, ils demandent leur suppression. L’autre exigence à laquelle ils tiennent est relative à la confection d’un plan de carrière dans toutes les structures rattachées au ministère en charge des Finances.
Pour ces travailleurs, tenir compte de ces points saillants des revendications permettra d’éviter les frustrations. Mais compte tenu du «mutisme du ministre de l’Economie et des Finances» face à leurs revendications, les travailleurs prévoient, affirme Bouraïma Malèhossou, à la suite de leur assemblée générale de ce jeudi 16 juin, une grève d’avertissement de 48h.

L'urgence du meeting

En soutien au mouvement du Syntracef, Laurent Mètognon, secrétaire de la Fédération des Syndicats des travailleurs du ministère chargé des Finances (Fesyntra-finances) a montré l’urgence de ce meeting, à travers une lettre adressée aux travailleurs de l’administration centrale des finances. «Ces revendications, bien que n’étant pas d’ordre social, participent du bon fonctionnement dans la concertation de la structure pour une véritable rupture», a souligné Laurent Mètognon. Ce dernier pense qu’« on ne peut concevoir et élaborer un nouveau décret de l’Aof sans associer ceux qui sont chargés de sa mise en œuvre ».
Encourageant ses confrères dans cette lutte, le secrétaire général de la Fesyntra-Finances a rappelé que « le pouvoir de la rupture doit rassurer et convaincre, être à l’écoute des travailleurs et du peuple qui veulent une nouvelle gouvernance et programme». Car, «c’est la résurgence des errements du régime passé qui a conduit le pays dans le gouffre », a-t-il ajouté.
En réponse aux travailleurs, Servais Adjovi, directeur de cabinet du ministre de l’Economie et des Finances, a rassuré les manifestants de la disponibilité du ministre à les accueillir dans les heures à venir.?

Par Charnok GBAGUIDI & Arias ADIKPONSI (Stag)

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2590 fois
Tags:
  • ,