Soutenu par une forte délégation gouvernementale, le ministre d’Etat chargé de l’Economie, des Finances et des Programmes de dénationalisation Komi Koutché a procédé, dans la matinée du mardi 12 janvier à Cotonou, au lancement officiel de l’exécution du budget exercice 2016.

Après le vote du budget exercice 2016 par l’Assemblée nationale, place à son exécution par le gouvernement. En face des acteurs de la chaîne des dépenses, le ministre en charge de l’Economie et des Finances, Komi Koutché a procédé au lancement officiel de l’exécution dudit budget au cours d’une cérémonie solennelle qui a eu lieu mardi 12 janvier à Cotonou.

Plus qu’une simple cérémonie de lancement de l’exécution du budget, il s’agit plutôt d’un cours magistral que les acteurs de la chaîne des dépenses ont eu droit. C’est le directeur général du budget, Célestin Hossou qui a été dans le rôle de professeur. Il a expliqué aux cadres du ministère des Finances et autres acteurs de la chaîne des dépenses, les nouvelles réformes introduites dans la Loi des finances depuis quelques années. Il a exhorté les uns et les autres à s’approprier ces nouveautés en vigueur dans le pays.
Célestin Hossou est revenu sur certaines mesures qui stipulent entre autres qu’il faudra recourir à 80% des produits fabriqués localement dans les commandes publiques en matière de produits d’entretien; attribuer au moins 80% des commandes publiques des blocs-notes, cahiers et autres fournitures assimilés aux fabricants locaux…
Le directeur général du budget demande aux acteurs de la chaîne des dépenses de prendre toutes les dispositions pour éviter les rejets de certains de leurs dossiers au niveau du Trésor public. Puis, il est revenu sur les diverses doléances de certains prestataires de services et autres acteurs de la chaîne des dépenses avant de rassurer de ce que le ministère fera l’essentiel pour mettre tout le monde dans de meilleures conditions. Célestin Hossou les a exhortés à suivre minutieusement les conseils et autres consignes du premier responsable du ministère des Finances.
Après quoi, se sont succédé au pupitre le directeur général du budget, les directeurs généraux des Impôts, Gilbert Edah, du Trésor public, Job Olou, de la Caisse autonome d’amortissement, Mohamed Gado et le Contrôleur financier Franck Djigla. Ils ont expliqué, chacun en ce qui le concerne, leur compréhension du budget et ce qui est de leur devoir pour réussir son exécution.
«Mes collaborateurs ont dit l’essentiel, toutefois je vous
exhorte à l’anticipation et souhaite qu’il y ait arrimage des engagements aux disponibilités», a dit le ministre Komi Koutché. Il a souhaité que les réformes soient renforcées. Puis s’est adressé particulièrement aux régisseurs en leur prodiguant de sages conseils par rapport aux nouvelles lois des finances.
Le ministre en charge des Finances a, pour finir, souhaité que les différents dysfonctionnements observés soient réglés dans le but de réussir un pilotage budgétaire efficace?

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1803 fois
Tags:
  • ,