Le ministre en charge de la Communication et des Technologies de l’Information et de la Communication, Etienne Cossi était face aux professionnels des médias lundi 11 janvier. Occasion pour lui de leur rappeler leur rôle en cette période de pré-campagne électorale.

La loi portant Code de l’information et de la communication et le Code de déontologie sont vos bréviaires. Et je vous demande de leur rester fidèle…. La tâche qui vous attend est noble et délicate, celle d’animer la pré-campagne électorale dans les médias», a souligné d’entrée le ministre Etienne Cossi. Puis il en a appelé à leur professionnalisme et patriotisme. «En assurant la pluralité et la diversité des idées et opinions, vous devez toujours garder en esprit la sauvegarde de l’unité nationale et le renforcement de la démocratie dans notre pays», a insisté le ministre.

Sachant que la pré-campagne suscite un engouement extraordinaire au niveau des organes de presse et aussi sur les réseaux sociaux, le ministre dit compter sur la presse de son pays pour éviter les manquements et autres dérives. Il a d’ailleurs rafraichi la mémoire aux journalistes en leur faisant lecture de l’article 8 du Code de l’Information et de la communication qui définit les conditions d’accès aux sources d’information et l’article 13 relatif aux cas de manquements.
Il s’est appesanti sur les 13 aliénas de l’article 13 qui constituent, au sens de la loi, des manquements. Il s’agit entre autres, insiste t-il, des imputations dommageables, les attaques personnelles ou les insinuations malveillantes à l’égard d’un citoyen, d’un groupe de citoyens, d’une association ou d’un corps professionnel ; les paroles injurieuses ou outrageantes à l’endroit d’un citoyen… l’appel au trouble à l’ordre public ; les publications contraires à la pudeur, la publication de fausses informations ; le non respect des cahiers de charge, les prédispositions à se faire corrompre ; l’atteinte à la vie privée de tout citoyen ; les atteintes à la déontologie et àl’accès équitable aux médias de service public….
Le ministre Etienne Cossi a, pour finir, exhorté chaque journaliste à faire son travail avec professionnalisme et prêt à être responsable des actes qu’il pose. «Une presse émancipée, garantit une démocratie épanouie, apaisée et durable», a-t-il laissé entendre, espérant qu’en observant ces bonnes règles, la presse béninoise sortira grandie au soir de l’élection présidentielle du 28 février prochain.» Vous avez déjà fait vos preuves par le passé, leur a-t-il lancé, précisant que le gouvernement saura compter sur eux une fois encore afin que «notre pays continue d’être le modèle dans la sous-région».

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 889 fois
Tags:
  • ,